Blog Studentatwork > Le jobiste du mois

Bilal el Yaklhoufi Étudiant en finances et assurances à Anvers

Tu cherches un job qui te permet non seulement de te faire un peu d’argent, mais aussi de contribuer à un monde meilleur ? Dans ce cas, tu trouveras peut-être ton bonheur en travaillant comme collecteur de fonds. Bilal el Yaklhoufi (22) de Turnhout nous explique comment ça fonctionne.

En quoi consiste ton job ?

En tant que collecteur de fonds, tu abordes les gens en leur demandant de faire un don à une bonne œuvre. Moi, je fais du porte-à-porte en vue de recruter des parrains et des marraines pour Unicef. Une action est toujours ciblée sur un projet précis. Ces derniers temps, les secours d’hiver pour les enfants syriens occupent une place centrale.

Je travaille via une entreprise spécialisée dans le recrutement de donateurs pour des œuvres caritatives. Ils s’occupent de tout : établissement du planning, détermination du lieu, recherche du meilleur itinéraire, etc.

Nous partons à deux ou trois, c’est plus sûr. Nous portons des vêtements aux couleurs de l’organisation pour laquelle nous travaillons. Nous veillons toujours à pouvoir prouver que nous travaillons pour une ONG, car n’importe qui peut prétendre travailler pour Unicef ou Oxfam.

La plupart des gens réagissent de façon aimable, certainement lorsqu’ils savent que tu travailles pour une bonne œuvre. Avant de travailler comme collecteur de fonds, tu reçois une formation où l’on t’apprend comment te comporter avec les gens.

Le nombre de personnes que tu parviens à persuader dépend bien évidemment de tes qualités en tant que collecteur de fonds. En ce qui me concerne, j’arrive à 3 ou 4 personnes par jour. Les bons jours, je peux même arriver à 7 personnes. Lorsque tu atteins de tels chiffres, tu es récompensé par un bonus.

Comment as-tu découvert ce job ?

L’entreprise pour laquelle je travaille cherche régulièrement des étudiants jobistes via des sites d’offres d’emploi, comme celui du VDAB. C’est d’ailleurs comme ça que je les ai trouvés.

Quels sont les avantages et les inconvénients ?

J’apprécie le fait de pouvoir sensibiliser les gens à un problème sociétal important. Dans mon cas, il s’agit des droits des enfants. Tu ne travailles pas uniquement pour remplir ton portefeuille, tu t’investis aussi pour un monde meilleur.

En tant que collecteur de fonds, tu es tout le temps en mouvement, tu rencontres des nouvelles personnes et tu découvres de nouveaux endroits. C’est passionnant, même si tu ne peux évidemment pas rechigner à te déplacer et que tu ne dois pas craindre les intempéries.

Dans ce boulot, je peux choisir les jours où je travaille. Ça aussi c’est important pour moi.

Qu'est-ce que tu gagnes ?

J’empoche 65 euros brut par jour. Si je recrute beaucoup de donateurs, je reçois un bonus, du moins s’ils sont encore parrains ou marraines après quelques mois.

Que fais-tu de ton argent ?

Comme la plupart des étudiants, je vais boire un verre ou je me fais un ciné de temps en temps. Je ne dois toutefois pas faire de folies, car cet argent sert surtout à payer mes études. Minerval, syllabi, matériel de bureau : je paie tout de ma poche.