Blog Studentatwork > Le jobiste du mois

Dave Bogaerts Étudiant bachelier en architecture, Geel

Dave Bogaerts de Brecht (19) a travaillé comme assistant conducteur de chantier pour le plus grand parc éolien de la province d’Anvers. Un job en or !

En quoi ton job consistait-il ?

J’ai travaillé pour une entreprise belge qui a construit le plus grand parc éolien de la province d’Anvers, avec un total de dix éoliennes réparties sur trois sites (Brecht, Wuustwezel et Hoogstraten).

Mon rôle en tant qu’assistant conducteur de chantier consistait à surveiller l’avancement du projet. Chaque jour, je me rendais plusieurs fois sur tous les chantiers pour voir comment avançaient les travaux. Si un problème survenait, je devais le résoudre immédiatement. En cas d’incident, je devais le documenter à l’aide de photos, de rapports, de plans de terrassement, de plans de signalisation, etc. Et lorsque des équipes de télévision venaient filmer, c’est moi qui étais chargé de les accompagner. J’ai également assisté à des réunions avec la commune et des sous-traitants.

Comment as-tu trouvé ce job ?

J’étais allé m’inscrire dans plusieurs agences d’intérim et un soir, on m’a appelé pour me proposer ce job. Le conducteur de chantier principal habitant à Courtrai, ils cherchaient sur place quelqu’un avec un baccalauréat ou un master en architecture pour le remplacer. J’ai dit oui tout de suite !

Lors de mon premier jour, j’ai reçu des explications détaillées sur le b.a.-ba du métier de conducteur de chantier principal. Et quelques jours plus tard, j’étais lâché seul dans la nature!

Bogaerts Eolienne

Quels sont les aspects de ce job que tu as appréciés et moins appréciés ?

Il n’y avait que des bons côtés !

C’était un job varié et impliquant des responsabilités, avec un projet intéressant. Superviser la construction d’une éolienne, des fondations jusqu’au sommet, c’est le genre d’opportunité qui ne se présente pas tous les jours.

L’ambiance entre collègues était très bonne. Un soir, par exemple, avec tous les collaborateurs qui avaient contribué au projet, nous avons organisé un barbecue dans une prairie située à côté d’une éolienne en construction. Une autre fois, la nuit où les ailes de l’éolienne ont été transportées, je suis allé patienter en terrasse avec quelques collègues. Ce sont de chouettes souvenirs !

Autre aspect positif : le projet était ancré dans la région où je vis. Du coup, j’ai souvent rencontré sur les chantiers des gens que je connaissais et il arrive encore que certains m’en reparlent. Je me souviens également qu’un de mes anciens professeurs est venu voir les éoliennes avec sa classe et que c’est moi qui ai donné des explications aux enfants.

Et last but not least, j’ai eu la chance de monter tout en haut d’une éolienne : une expérience inoubliable !

Combien étais-tu payé et qu’as-tu fait avec l’argent que tu as gagné ?

Je gagnais 11,16 EUR de l’heure, ce qui, à mes yeux, est un très bon salaire. J’avais gagné nettement moins lors de mes jobs d’étudiant précédents. En plus du salaire horaire, un GSM avait été mis à ma disposition et je recevais chaque jour un titre-repas d’une valeur de 7 EUR ainsi qu’une indemnité kilométrique, parce que j’étais en route toute la journée avec ma propre voiture. J’ai travaillé 9 semaines et j’ai gagné au total environ 4 500 EUR si l’on tient compte des titres-repas. Tout cet argent a été directement versé sur mon livret d’épargne et il s’y trouve toujours ! Pour mes sorties, j’utilise l’argent que j’ai gagné dans le cadre d’un autre job d’étudiant.